Poème du 03/01/2015

L’attente est longue, l’espoir très peu absent. C’est dans ces minutes et ces heures qui ne défilent pas que je stagne, vacillante et languissante d’un soupçon de toi.

A quand la première onomatopée qui fera frémir mon corps ?

Laisser un commentaire

Christelzimmermann |
Etrecultivet |
GDE ADELINA |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ✎passion de l'expressi...
| JOLOQP
| Labutteauxcitrouilles