Pensées du vague à l’âme

Et si de ma vie je ne devais garder qu’un moment, un passage soudain mais certain; je pense que je prendrai mes moments de rêverie ! Parce quand bien même ils ont existé ils ne sont pas précis, pas concis, ils divaguent, comme l’écume au vent, comme le cours de l’eau.

 

je n’ai jamais cessé de rêver, d’imaginer. Mais de cette perfection, de cet idéal que je souhaitais mien. Aujourd’hui j’ai déplacé cette « ensemble » sur ta personne. J’y ai associé toutes mes espérances. Alors je me dis que si tu ne correspond pas je vais être déçue, si tu correspond mais que tu ne veux pas de moi, je vais aussi être déçue.

J’ai 2 chances sur 3 que je souffre. Mais malgré cette prise de conscience, je continue d’espérer, de rêver. Parce que c’est une force, un pouvoir que moi seule détiens.

 

Donc même si le soir, au fond de mon lit, quand j’angoisse à l’idée de devoir m’endormir seule dans le noir, et bien je garde à l’esprit l’image parfaite que je me fais de toi, et je sens comme une inertie de mon coeur. Un parfum suave fait fredonner mon esprit des mélodies les plus ardente, et je fond de l’image que je me fais de toi.

 

Peut-être que le moment venu ce ne sera pas si chouette, peut-être que si… Mais s’il ne venait pas ce moment ?

 

Quoi qu’il arrive pour le moment je suis libre d’exhibé à moi-même la profondeur de mes pensée au reflet de mon âme pure et honnête, mais aussi la candeur de ma foi en un futur qui sans doute n’aboutira même pas.

Laisser un commentaire

Christelzimmermann |
Etrecultivet |
GDE ADELINA |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ✎passion de l'expressi...
| JOLOQP
| Labutteauxcitrouilles